Intervention des démineurs français à Nkuantoma appuyés par les coopérants français de l’ENVR Tica et de Malabo

Le 07 mars 2021, un événement tragique frappait Bata : Le cuartel militaire de Nkuantoma, abritant le dépôt de munition principal de la partie continentale de la Guinée équatoriale explosait.  Le bilan humain est lourd, tant en nombre de morts que de blessés, et les dégâts matériels très importants. Un paysage de désolation a remplacé un quartier plein de vie ; stigmate béant qui marquera à jamais la mémoire collective.

 

 

 

 

 

 

 

Pour faire face à cette situation de crise sans précédent en Guinée équatoriale, le Président de la République a lancé un appel à l’aide à la communauté internationale. Dès lors, les coopérants français présents en Guinée équatoriale ont été sollicités pour préparer et coordonner l’arrivée et la gestion des moyens humains et matériels que la France a dépêché sur place.

Le vendredi 12 mars, 10 spécialistes du déminage et de la dépollution de la sécurité civile, dépendant du ministère de l’intérieur, sont arrivés à Bata. Ils ont immédiatement entrepris un état des lieux afin de mesurer l’ampleur de la tâche à accomplir et de se coordonner avec les autres nations présentent sur place ainsi que des militaires et policiers équatoguinéens mis à disposition par leurs autorités.

 

 

 

 

 

 

 

Dès le lendemain, avec l’aide des coopérants français de l’Escuela Naval de Tica et de Malabo, ils ont commencé à traiter le site, par petites équipes ; sécurisant dans un premier temps les zones limitrophes du camp militaire et le dépôt lui-même. Parallèlement à cela, des équipes volantes sont allées prospecter les quartiers alentours et la ville de Bata pour récupérer les munitions qui y avaient été projetées lors des explosions. La priorité immédiate étant de nettoyer un large périmètre au niveau du dépôt, afin d’y stocker les munitions collectées par type en laissant suffisamment d’espace entre elles, dans l’attente de leur destruction.

 

 

 

 

 

 

 

Le travail acharné de l’ensemble des équipes dans des conditions extrêmes, tantôt sous un soleil de plomb et une chaleur harassante tantôt sous l’orage et la pluie, a permis de rassembler et de trier de grandes quantités de munitions de tout genre et de toutes les tailles.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 02 avril, la mission prendra fin. Elle aura permis de prouver que la solidarité existe et que savoir-faire, valeurs partagées, cohésion et entraide ne sont pas de vains mots.

C’est dans l’adversité que chacun trouve le courage d’avancer, quelques soient ses propres capacités.